Infections nosocomiales

Le concept de pratique fondée sur des données probantes
est utilisée pour prévenir et contrôler les infections nosocomiales

Aux États-Unis, on estime que 5 à 10 % des patients hospitalisés souffrent d’une infection nosocomiale chaque année, ce qui entraîne une morbidité et une mortalité importantes. 1

  • Les infections liées à la pose de cathéters veineux centraux sont les plus coûteuses, représentant environ 46 000 $ US par cas. 2
  • Les données de surveillance du Consortium international de lutte contre les infections nosocomiales (INICC) de janvier 2010 à décembre 2015 (703 unités de soins intensifs dans 50 pays) ont fait état d’un taux d’infections liées aux CVC de 4,1 pour 1000 jours de pose d’une voie centrale. 3

Le Centre Européen de Prévention et de Contrôle des Maladies (ECDC) reporte 4

  • Une prévalence moyenne des infestions nosocomiales de 7,1 % dans les pays européens.
  • Dans l’étude multicentrique européenne, la proportion de patients infectés dans les unités de soins intensifs peut atteindre 51 %, la plupart étant des infestions nosocomiales.
  • Environ 30 % des patients dans des unités de soins intensifs sont touchés par au moins un épisode d’infection nosocomiale.
  • Une fréquence élevée d’infection est associée à l’utilisation dispositifs invasifs, de voies centrales, de cathéters urinaires et de respirateurs.

Échographie pulmonaire - Réponse COVID-19 – Risque d’infection croisée

L’échographie thoracique a rapidement gagné en popularité dans les situations d’urgence et de traumatisme.

L’échographie résout bon nombre de problèmes que l’on peut rencontrer avec la radiographie traditionnelle, tels que :

  • Retard des soins
  • Exposition aux radiations
  • Difficultés de transport au scanner d’un patient instable

L’échographie peut détecter les changements pulmonaires associés à la pneumonie dans le cas du COVID-19. 5

Les directives ACEM concernant le COVID-19 recommande que pour réduire au minimum le transport intra-hospitalier à la radiologie, il convient de prendre en compte l’échographie au chevet du patient pour l’examen thoracique lorsque l’ensemble des compétences est disponible. 6

On surveillera les risques d’infection croisée des sondes surfaciques d’échographie pulmonaire : le virus COVID-19 peut survivre dans l’environnement ou sur les surfaces pendant un certain temps (quelques heures ou jusqu’à plusieurs jours). Il est transmis par l’air, les gouttelettes, les fluides corporels et le contact avec les surfaces

  1. U.S. Department of Health & Human Services. National Action Plan to Prevent Health Care-Associated Infections: Road Map to Elimination. April 2013. http://1.usa.gov/1KycQcM

  2. Edwards VR. Preventing and managing healthcare‐associated infections: linking collective leadership, good management, good data, expertise, and culture change. J Hosp Infect 2016; 94: 30–1.

  3. Entesari‐Tatafi D, Orford N, Bailey MJ, Chonghaile MN, Lamb‐Jenkins J, Athan E. Effectiveness of a care bundle to reduce central line‐associated bloodstream infections. Med J Aust 2015; 202: 247–50.

  4. European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) http://www.ecdc.europa.eu/en/Pages/home.aspx

  5. Scott, RD. The Direct Medical Costs of Healthcare-Acquired Infections in US Hospitals and the Benefits of Prevention, Centers for Disease Control and Prevention. 1–13, 2009.

  6. P.Cameron, J. Bonning, et.al; ACEM COVID19 Guidelines. 24 April 2020.

Scroll to Top